Jour : 4 mai 2021

CHENILLE PROCESSIONNAIRE : vos obligationsCHENILLE PROCESSIONNAIRE : vos obligations

Comment identifier les chenilles processionnaires ?

Tout d’abord si vous avez des pins ou des résineux et que vous voyez une boule blanche sur une branche il s’agit d’un nid de chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa, ordre des Lépidoptères). Il faut le détruire le plus vite possible. Vous pouvez aussi constater leur présence lors d’un déplacement de la colonie. Elles tirent leur nom dans la façon de se déplacer. Une longue file indienne de chenilles bien velues avance en quête d’un autre lieu de villégiature. Elles cherchent un endroit pour s’enterrer et se transformer en papillon (nymphose).

chenilles processionnaires (source wikipédia)

Si vous apercevez une telle procession il ne faut surtout pas les toucher ni vous ni votre animal de compagnie. Cela peut-être très dangereux (gonflement au niveau des muqueuses et de la langue, dermatites, œdème de Quincke ou choc anaphylactique). En effet les chenilles sont très urticantes et peuvent provoquer de graves problèmes d’allergie. Les processions s’effectuent lors du printemps.

Le papillon éclos durant l’été entre juin et septembre selon le climat. Les papillons ont une durée de vie de 24 à 48 heures seulement. La femelle papillon recherche alors un pin (pin noir d’Autriche, laricio de Corse, Salzman, pin de Monterey, maritime, sylvestre et pin d’Alep) et parfois même un cèdre pour pondre ses oeufs.

Moyens de lutte contre la chenille processionnaire

Les propriétaires ou les locataires de biens immobiliers ou de terrains relevant la présence de nids de chenilles processionnaires dans leurs végétaux sont tenus de prendre toutes les mesures nécessaires. Chaque année ils doivent éradiquer efficacement la colonie.

Au regard des enjeux sanitaires et des spécificités de ce nuisibles, les habitants feront appel à un moyen d’action adapté à la saison. Il peut s’agir d’un moyen de lutte mécanique, biologique, de capture par phéromones sexuelles ou équivalent permettant des résultats similaires, d’écopiégeage :

– La lutte mécanique : chaque année, dès que les nids élaborés par les chenilles processionnaires du pin sont visibles et avant qu’ils ne soient trop importants et urticants. Selon les variations du climat ceux-ci peuvent être supprimés mécaniquement avant la mi-octobre en coupant les branches infestées par les cocons pour ensuite les incinérer. A cette occasion toute les précautions nécessaires doivent être prises (lunettes, masques, pantalon, manches longues).

– La lutte biologique : chaque année, entre mi-septembre et mi-novembre, un traitement annuel préventif de la formation de cocons peut être mis en œuvre, dans les règles de l’art, sur les végétaux susceptibles d’être colonisés par les chenilles.

– La capture par phéromones sexuelles : l’installation de pièges à phéromones sexuelles de mi-juin à mi-août permet de limiter considérablement la reproduction sexuée et de prévenir les futures attaques.

– L’écopiège : c’est un dispositif placé autour du tronc des pins ou des cèdres. Il va permettre de capturer les chenilles processionnaires du pin lorsqu’elles descendent en procession pour aller s’enterrer. La mise en place s’opère dès décembre, date des premières descentes possibles (suivant l’altitude et l’insolation) et jusqu’au mois de mai. Le récupérateur sera incinéré.

Pour les arbres non encore infestés, un traitement préventif est fortement conseillé.

 Par qui ?

Il est fortement conseillé que ces moyens de lutte soient mis en œuvre par des professionnels qualifiés et disposant de produits biologiques homologués. Les services de votre municipalité restent à la disposition des administrés pour toutes informations complémentaires.

La chenille processionnaire est très allergisante

Dans tous les cas, l’accès aux chenilles processionnaires doit être empêché par tout moyen à tous les êtres vivants notamment pour les enfants et les animaux domestiques. Les poils urticants des chenilles sont libérés dès lors qu’elles identifient une situation d’agression pour leur colonie.

Pour tout contact avéré ou soupçonné avec les poils urticants, un médecin doit être consulté de toute urgence.